Que faire face à la critique ?
Que faire face à la critique ?

Que faire face à la critique ?

Souffrez-vous de la critique ? Avez-vous tendance à dénigrer les autres ? Voici quelques propositions pour y remédier.

« T’as vu lui comment il est ? T’as vu son linge, et lui t’as vu sa tête ? » 

Cette scène me fait penser aux sketchs des Vamps, ces deux mémés qui passent leur temps à dire du mal de leurs voisins. Vous connaissez ? Toujours en train de faire des remarques désobligeantes, de critiquer gratuitement.

Nous avons tous une partie de nous qui ressemble à ces Vamps, n’est-ce pas ? Notre mental aime se perdre dans ces commérages. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les feuilletons américains dans la veine d’Amour, gloire et beauté, et leurs versions indiennes ou brésiliennes, ont autant de succès. Dedans, il y a toujours le rôle du méchant ou de la méchante, qui va critiquer sans cesse. Sans lui, la série n’aurait pas autant d’intérêt.

Il est intéressant de se demander pourquoi ce personnage captive tant. Car au fond, personne ne l’aime. Cela me fait penser au personnage de Kuchi dans Ma vie sans elle… Personne ne voudrait lui ressembler ! Alors, s’il nous interpelle à ce point, c’est peut-être parce qu’une partie de nous s’identifie à lui, vous ne croyez pas ? Qui n’a jamais émis de critiques envers lui-même ou envers autrui ? Qui à un moment de sa vie n’a pas désiré le mal pour celui qui l’importunait ?

Heureusement, dans les films, il y a aussi « les gentils », ceux qui subissent… mais qui gagnent toujours à la fin ! Ces personnages font également partie de nous. Et c’est là que ça se complique. Ça cause, ça bataille, ça débat, ça se rebelle… Bref, parfois ça part dans tous les sens. C’est plus fort que nous ! 

Finalement, lorsque nous critiquons autrui, nous ne faisons qu’exprimer une partie de nous. Et bien sûr, nous nous sentons légitimes, dans notre bon droit pour le faire : « C’est normal ! » Mais demandons-nous après coup ce que cela nous a apporté. Cela a-t-il nourri notre bienveillance ? Notre compassion ? Cela a-t-il contribué à l’élan d’amour ?

La critique blesse celui qui l’énonce comme celui qui la reçoit.

Parfois, il faut reconnaître que la critique est constructive. Pour ma part, j’apprécie lorsqu’on me critique, car cela me permet de sortir de ma zone de confort et me fait avancer sur le chemin de la spiritualité. Cela me fait grandir, d’une façon ou d’une autre.

Mais la plupart du temps ce n’est pas le cas, et la critique blesse celui qui l’énonce comme celui qui la reçoit. C’est pourquoi je vous propose quatre petites routines, assez simples à mettre en place, pour vous aider à perdre cette mauvaise habitude.

Premièrement, lorsque vous vous apprêtez à dire du mal de quelqu’un en son absence, imaginez que cette personne est derrière vous et qu’elle vous écoute. Ainsi, vos mots seront plus mesurés, car vous tiendrez compte de l’importance de chaque mot que vous emploierez. 

Deuxième proposition : si quelqu’un critique une autre personne devant vous, laissez-le parler sans prendre part à la discussion. Vous pouvez aussi lui dire carrément que cette conversation ne vous convient pas, et lui suggérer de s’adresser directement à la personne concernée.

Troisième proposition : si quelqu’un vous critique, écoutez-le attentivement sans réagir (c’est assez difficile au début, je vous l’accorde, mais faites l’effort). Puis résumez ce qu’il a dit pour vérifier que vous avez bien compris. Ensuite, prenez trois secondes pour respirer consciemment, et si vous en sentez le besoin, exprimez-vous. Gardez toujours à l’esprit que votre but n’est pas de convaincre, mais simplement de dire ce qui se joue en vous à l’instant.

Quatrième proposition : si vous sentez la nécessité d’adresser une critique directement à la personne concernée, prenez votre temps, respirez profondément, et dites-lui là aussi ce que vous ressentez. Exprimez-vous toujours en expliquant ce que la situation provoque en vous, sans accuser la personne directement. N’oubliez pas que qui vous gêne, ce sont les agissements de cette personne à un moment donné, pas la personne elle-même. 

À vous de jouer maintenant ! 

N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaires.

À bientôt.

Partagez la bienveillance sur vos réseaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.